Sombre ?

NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 3.1

A+ A-

GS NATION

How to Live as the Enemy Prince

[Traducteur : Simpoy]

[Checker : Illicite]

 

 

Épisode 1 : Cette vie est vraiment une blague – Chapitre 3.1

 

Franz était à peine vêtu. Calian pouvait entrevoir la peau de son frère par son col dénoué. Un membre de la famille royale, que ce soit celle de Secretia ou de Kailis, ne devrait jamais être vu habillé de cette manière.

 

Malgré sa surprise face à cette scène, il ne fit pas l’erreur de lui glisser un couteau sous la gorge.

 

Il fit un bref soupir, faisant attention à ce qu’il ne soit pas entendu.

 

Randall fronça les sourcils à la vue de Franz, puis tourna la tête comme s’il n’avait rien vu, ce qui n’échappa pas à Calian.

 

‘Le premier prince n’a aucune autorité sur le second.’

 

La raison était compréhensible.

 

Ils étaient tous les trois demi-frères et la reine Silicia est la mère de Franz. Peu importe si Randall est l’héritier du trône ou non, il ne peut rien faire face à Franz.

 

‘La famille de la reine à a un grand pouvoir.’

 

Dues à cela, les personnes présentes dans la pièce ne pouvaient que se taire et garder leurs pensées pour eux-mêmes. Bientôt, d’alléchants plats furent apportés et placés face aux trois princes.

 

Il y avait un alléchant pain grillé, suivi d’une soupe, d’œufs et de tranches de jambon. Étaient également disposés toutes sortes de salades confectionnées avec légumes et fruits frais. Pour Calian, qui avait connu la guerre, cette vue lui mettait l’eau à la bouche. S’il avait été seul, il aurait bien pu tout manger.

 

Mais sa main ne se tendit vers aucun des plats présentés.

 

La principale raison à cela était son inquiétude pour Chase, et ensuite, car son ennemi de toujours, Franz, était juste en face de lui. L’ambiance pesante de la salle à manger jouait également son rôle.

 

‘On croirait marcher sur de la glace fine, avec cette atmosphère.’

 

Les trois princes de Kailis avaient beau être frères, ils ne partageaient aucune conversation. Bien qu’ils soient demi-frères, ce n’était pas une raison à ce silence.

 

Il le savait car Chase et Bern étaient aussi demi-frères.

 

À l’époque, pendant que le chef réchauffait la nourriture, les deux princes riaient et discutaient ensemble. Chase avait toujours pris soin de lui et sa voix résonnait encore dans son esprit.

 

« Je n’arrive pas à croire que tu vas être chevalier. Beaucoup de gens vont compter sur toi. »

 

« Bern, mon frère, ne te fais pas de soucis. Ne te fais de soucis pour rien. »

 

Il se souvenait de lui, son grand frère, le roi de Secretia, celui qui n’avait pas peur de sacrifier sa propre vie. Cependant, Calian ne pouvait pas demander des nouvelles de lui dans un tel endroit et restait donc agrippé à une inquiétude et un besoin de le voir constant.

 

À cette pensée, sa colère envers Franz fit un bon. Il attrapa alors un vers d’eau et le but d’une traite. Une voix moqueuse s’éleva dans la pièce.

 

« Idiot. »

 

C’était celle de Franz.

 

Malgré les vêtements qu’ils portaient, son expression faciale restait la même. Il courba sa lèvre supérieure et reprit,encore une fois, d’un air moqueur.

 

« Tu es comme ta mère, aucune dignité. »

 

Cette fois-ci, ce fut une insulte envers sa mère, une roturière. Se sentant comme si sa véritable mère avait été insultée, ses yeux lui lancèrent un regard noir.

 

Franz, les voyants bruler de rage au travers de sa frange, le fixa en retour.

 

Randal, lui, était concentré sur son repas et ne daignait pas même lever la tête, tel un parfait spectateur.

 

Calian renvoya le même regard à Randal.

 

Alors, Franz reprit d’une voix menaçante,

 

« Tu oses… »

 

Le regard de Calian revint se poser sur lui. Ils se fixèrent tous deux à nouveau, sans se quitter des yeux. Seulement après un moment, Randal parla d’une voix basse.

 

« Arrêtez ça. »

 

Franz continua tout en gardant les yeux rivés sur Calian,

 

« Ces foutus yeux ensanglantés m’ont fait perdre l’appétit. Je pars en premier. »

 

Il ne prit pas même la peine de demander à Randal la permission pour quitter la pièce et parti.

 

Cela arrangea assez Calian, qui n’avait plus la patience de le regarder plus longtemps.

 

« Tu ferais mieux de faire attention à toi. La fête d’anniversaire du roi approche à grands pas. »

 

Mais après avoir entendu ça, Calian perdit encore plus patience.

 

Randal avait dit ça d’un air ennuyé, sans même le regarder en face.

 

‘C’est vraiment moi le problème ? Et l’enfoiré qui vient de partir, il y est pour quoi, dans cette histoire ?’

 

Ces paroles pleines de remords l’avait comme assommé.

 

S’il n’avait pas vécu quelque chose d’aussi absurde que de se réveiller dans un corps qui ne lui appartient pas après être mort, il ne l’aurait probablement pas toléré.

 

Randal, totalement ignorant des envies meurtrières de son jeune frère, se leva et quitta la pièce sans prêter attention à sa réaction.

 

« Dire que la journée ne fait que commencer… »

 

Il pouvait entendre Yan se parler à lui-même derrière lui.

 

Calian s’appuya lourdement sur le dossier de sa chaise et prit une profonde inspiration pour se calmer. Le soupir qu’il lâchat sonnait comme celui d’un jeune garçon affligé par les abus qu’il vient de recevoir. Yan fixait le prince, le regard empli de regret.

 

Après un moment, il se leva silencieusement de sa chaise. Yan s’approcha pour l’aider en la lui tirant et tapota ses vêtements froissés, s’appliquant méticuleusement sur le moindre détail. Calian remarqua par ailleurs que les servants des deux autres princes n’étaient pas aussi attentifs que celui-ci.

 

De profondes traces de doigts étaient imprimées dans ses paumes, preuve qu’il avait fortement serré les poings, et son regard semblait transparaitre une colère plus grande encore que la sienne. À cette vue, la rage de Calian se calma. Il dit d’une douce voix,

 

« Merci. »

 

Les yeux de Yan se levèrent vers Calian. Le prince n’était pas en pleur et n’affichait pas non plus un air sombre. C’était en réalité tout le contraire, un grand sourire se dessinait sur ses lèvres. Avant même que celui-ci n’ait pu trouver les mots afin de lui exprimer sa gratitude pour la première fois, le prince reprit,

 

« Qu’y a-t-il de prévu, ensuite ? »

Tags: Lis des novels NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 3.1, novel NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 3.1, lis NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 3.1 en ligne, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 3.1 chapitre, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 3.1 en haute qualité, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 3.1 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 3.1 - Cette vie est vraiment une blague