Sombre ?

NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 7.1

A+ A-

GS NATION

How to Live as the Enemy Prince

[Traducteur : Simpoy]

 

 

 

Épisode 2 : Je n’ai pas tant grandi que ça – Chapitre 7.1

 

 

Le repas du soir devait avoir lieu dans un autre bâtiment. Calian termina donc de se préparer tôt pour le dîner et monta dans l’un des deux carrosses devant le palais de Chermil. L’autre voiture devait appartenir à Randall ou Franz, qui n’avaient, eux, pas encore fini. Un autre carrosse déjà semblait être parti.

 

 

‘Les terres sont si vastes qu’il faut se rendre de bâtiments en bâtiments en voiture.’

 

 

Tout cela était dû à Sispanian. Calian secoua lentement la tête, se rappelant que celle-ci avait dit refuser vouloir vivre dans un endroit trop petit, et c’est pour cette raison que Hatsua avait construit ces terrains massifs.

 

 

La calèche traversa une longue allée entourant le Palais Chermil, ainsi qu’un jardin de fontaines qui formait la limite entre la partie résidentielle et administrative. Puis, après un certain temps de trajet, ils rencontrèrent le Palais Arpia, qui contenait les bureaux du roi, ainsi que le Pavillon Narsil, un lieu de travail pour les aristocrates liés à la famille royale. Bientôt, les calèches s’arrêtèrent.

 

 

Le pavillon de Ceignes était un endroit où les nobles tenaient de petits événements. Le soleil couchant projetait sur le bâtiment de marbre et les colonnes dorées une certaine lumière, rendant la scène plus belle encore.

 

 

« Votre Altesse, nous sommes arrivés. »

 

 

Yan amena un petit escalier devant la porte de la calèche et guida le jeune prince de façon à ce qu’il ne marche pas sur l’ourlet de ses vêtements. Peu après, un servant vint les amener vers le lieu où le rassemblement prendrait place.

 

 

Le dîner devait être servi dans un jardin derrière le pavillon de Ceignes, éclairé par des lampes magiques, apportant une atmosphère douce et lumineuse.

 

 

Calian traversa le jardin et s’assit sur une chaise, attendant patiemment. Randall, lui, était déjà là avant même que le jeune prince n’arrive sur les lieux. Franz arriva peu après. L’habituel silence s’installa entre les trois frères.

 

 

Soudain, une forte odeur se laissa porter dans les airs.

 

 

C’était le parfum des fleurs de Ranieri, une plante très précieuse, car elle ne fleurit qu’une fois par an. Bien qu’ils soient en extérieur, son parfum semblait tout de même lui altérer ses sens. Calian n’avait encore jamais senti son odeur ni rencontré le porteur de cette fleur, mais il sut immédiatement qui était arrivé.

 

 

‘Silicia’

 

 

Le jeune prince tourna la tête et vit Reine Silica et le roi Lennon Brissen marcher côte à côte. Son regard se tourna vers lui. Puis, comme s’ils avaient trouvé le moment parfait pour ça, ils se lâchèrent tous deux du regard en même temps. Randall témoin de toute la scène, détourna lui aussi des yeux.

 

 

Silica prit place à côté de Franz, comme si de rien n’était. Malgré l’arrivée de sa mère et de son oncle, son fils, lui, resta assis sans la moindre salutation formelle.

 

« Hm, hm ! »

 

 

  • Fshh !

 

 

L’éventail de soi violette de la reine s’ouvrit bruyamment.

 

 

Lenon sentit le malaise de Silica et décida finalement, mais pas moins maladroitement, de se taire.

 

 

Le dîner commença par un apéritif. Occasionnellement, de courtes conversations entre la reine et le roi avaient lieu durant le repas. Bientôt, son regard se tourna vers Calian.

 

 

« Tu as grandi. »

 

 

Calian prit immédiatement note de sa remarque. Elle ne faisait bien évidemment pas référence à sa taille. Un moment s’écoula avant qu’il ne réponde.

 

 

« Je n’ai pas tant grandi que ça. »

 

 

Puis, il a ajouté avec un sourire détendu : « Mais cela arrivera pour sûr à l’avenir. »

 

 

Le regard de Silica devint encore plus sévère. Ce n’était pas l’expression qu’un garçon de quatorze ans pouvait faire. Le jeune prince n’avait jamais souri de cette façon par le passé, et quelque chose dans celui-ci la mettait mal à l’aise.

 

 

Lennon, inconscient de leur échange électrique, s’interposa.

 

 

« Il est vrai, Prince. Il va encore falloir grandir un peu ! »

 

 

  • Fshh !

 

 

Il se tut une nouvelle fois à l’écoute du bruit de l’éventail de sa femme.

 

 

‘Intéressant… C’est exactement comme les rumeurs le disent.’

 

 

De nombreuses capacités sont nécessaires pour diriger en tant qu’élite. Parmi elles, un bon jugement et un certain bon sens étaient nécessaires. Le roi, lui, semblait clairement manquer de ces deux qualités.

 

 

‘Il doit vraiment en baver, au sommet.’

 

 

Silica lança un regard glacial à Lennon.

 

 

« Le chef a mis beaucoup d’efforts à la préparation de ce steak de veau. S’il vous plaît, appréciez-le, Mon Roi. »

 

 

C’était une façon flagrante de dire « tais-toi et mange ».

 

 

Il n’était pas clair si Lennon avait compris ses mots implicites, ou s’il était effrayé par les flammes qui pétillaient dans ses yeux. Heureusement pour lui, il semblait avoir compris ses mots cette fois-ci, et se dépêcha de remplir sa bouche de cette même viande. Franz, qui avait silencieusement assisté à toute la scène ria ouvertement.

 

 

Le regard de la reine se tourna vers les rires de son fils. Dans tous les cas, sa conversation avec Calian était déjà terminée, alors elle s’adressa à Franz.

 

 

« J’ai entendu dire que ton cheval n’était pas très obéissant. »

 

 

Calian vit les yeux de Randall se lever vers lui. Faisait-elle allusion au jeune prince ou parlait-elle réellement de Raven, le cheval du second dauphin ? Il ignora le regard de celui-ci.

 

 

‘Elle n’est habituellement pas du genre à se soucier du caractère violent d’un simple cheval.’

 

 

Ils parlaient donc probablement de Calian, et non de Raven. Cela signifierait que le changement d’attitude dont elle parlait était celui de Calian envers Franz.

 

 

« Tu aurais dû m’en informer plus tôt. »

 

 

Franz secoua la tête. Dans ses yeux était visible le reflet vert pâle de ceux de Silica, dont il tenait lui-même cette couleur.

 

 

« Quoi ? » dit-il la voix serrée.

 

 

Il était très clair qu’il ne souhaitait pas aborder ce sujet.

 

 

Calian aurait dû vivre tranquillement, et tout comme sa mère disparaître aussi facilement qu’un grain de poussière avant de devenir une épine gênante dans le pied de Silica. Même Franz comprenait ce que cela signifiait.

 

 

« Je suis sûr que tu en étais déjà au courant. »

 

 

Seuls les serviteurs de Franz savaient que le moindre de ses gestes était surveillé et rapporté à Silica. De ce fait, à quoi d’autre, en dehors de Calian, pouvait-elle faire allusion ?

 

 

Bien sûr, la reine savait que Calian avait changé. Des rumeurs avaient commencé à circuler dans le palais royal après qu’il se soit coupé les cheveux, et plus encore après les incidents lors des repas et au cours d’équitation.

 

 

Devant la réaction de Franz, Silica prit la parole sur un ton de déception.

 

 

« Cette situation est complètement hors de ton contrôle. Tu ne m’avais pas parlé de cette partie-là. »

 

 

En effet, ces yeux rouges ne contenaient plus de peur en sa présence. Mais ce n’était pas seulement l’apparence de Calian qui avait changé, et Franz aurait dû mentionner ce fait de lui-même.

 

 

« Et que comptes-tu faire, dans ce cas ? » Répondit-il.

 

 

« J’ai déjà tout préparé. »

 

 

La bouche de Franz affichat un sourire moqueur.

 

 

« Dans ce cas, je suis certain de t’en avoir déjà parlé. »

 

 

Franz s’adossa à sa chaise comme s’il n’avait plus envie de parler. Silica, à cette vue, sourit.

 

 

« Je ne m’en souviens pourtant pas. » Répondit-elle.

 

 

Son sourire changea subtilement. La reine affichait maintenant une expression enfantine qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à celle que Franz avait faite juste avant de lancer son couteau sur Yan.

 

 

« Franz, tu as toujours été comme ça. Mais ne t’inquiète pas trop, tu ne manqueras rien et tu n’auras également rien en retour. »

 

 

Calian prit une gorgée d’eau et continua son repas. Silica, elle, continua.

 

 

« Ça ne saurait tarder. »

 

 

Franz tourna la tête et ferma les yeux, comme pour la snober. Calian, lui, déplaça son regard vers son couteau et prit une expression froide.

 

 

Aborder un tel sujet devant lui ! Ça doit être amusant.

Tags: Lis des novels NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 7.1, novel NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 7.1, lis NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 7.1 en ligne, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 7.1 chapitre, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 7.1 en haute qualité, NOVEL : How to Live as the Enemy Prince 7.1 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 7.1