Sombre ?

NOVEL : The Beginning After The End 14

Tous les chaps sont ici: NOVEL : The Beginning After The End

———————————————

GS NATION

The Beginning After The End

[Traducteur : Célian]

[Checker : Sevan]


 

The Beginning After The End Chapitre 14 : Ce qui est à venir

 

Grand-père Virion, Tessia, Rinia et moi étions actuellement tous situés autour d’une table circulaire avec une coupelle d’eau au milieu.

 

« Hum… Doyenne Rinia ? Vous avez dit que vous étiez devin, n’est-ce pas ? Je suis un peu perdu quant à ce que vous pouvez faire. Papi a dit que je pourrais savoir si mes parents vont bien en vous voyant. » ai-je demandé en regardant curieusement le pot d’eau.

 

« Kekeke ! Papi hein ? Virion, tu t’es vraiment laissé aller pour laisser des jeunes comme lui t’appeler comme ça » ricana-t-elle.

 

« Bah ! C’est une exception ! Si un autre gamin ose m’appeler de la sorte, je le ferai pendre la tête en bas et il sera battu avec un cactus ! » il sourit en retour, me regardant.

 

Quelle description douloureuse.

 

Me regardant, elle a aboyé « Gamin ! Tu ne sais même pas où sont tes parents mais tu veux voyager partout dans Sapin, les retrouver et ensuite revenir t’entraîner ? Tu seras déjà mort avant de pouvoir revenir ici. »

 

J’ai regardé grand-père Virion. Lui a-t-il dit ? Presque comme s’il savait à quoi je pensais, il gloussa « Je n’ai rien dit à Rinia. Vous ne pouvez pas lui cacher grand-chose, mais d’habitude elle ne prend pas la peine de regarder quelqu’un. Qu’est-ce qui t’a rendu si curieuse Rinia ? » Dit Papi, dirigeant un regard inquiet vers la vieille dame.

 

« Toi et moi savons qu’il est spécial. Si spécial, en fait, qu’il y a des parties de sa vie que même moi je ne peux pas voir. Arthur, quelle que soit la bête qui t’a fait part de sa volonté, ce n’est pas un bête ordinaire. Le limiter à une classe SS ne lui rendrait pas justice. » Elle réfléchit un peu avant de continuer.

 

« Assez parlé de ça. Arthur, tu es ici pour voir tes parents alors c’est ce que je vais t’aider à faire. Ferme les yeux un instant et imagine tes parents. Concentre-toi sur leur apparence et leur signature de mana. Je vais m’occuper du reste. »

 

Je fermai les yeux et imaginai la dernière scène que j’en avais des deux ensembles : mon père grièvement blessé et ma mère le guérissant.

 

« D’accord, tu peux ouvrir les yeux maintenant. »

 

Je la regardai pour voir la couleur de ses yeux tourbillonner. L’eau flottait hors du bocal et tourbillonnait, formant un disque en spirale. Soudain, je vis mes parents dans l’eau.

 

La chaise sur laquelle j’étais assis était retournée alors que je me redressais, me penchant au plus près de la table. J’ai vu ma mère et mon père ensemble, assis autour d’une table à manger. Cela ne semblait pas être notre maison à Ashber. Le visage de ma mère était un peu plus pâle et elle disait quelque chose à mon père. Je voyais qu’elle avait perdu un peu de poids, mais elle avait l’air plutôt en bonne santé. Son ventre ! Il était assez évident maintenant de voir qu’elle était enceinte par le renflement assez visible sur son ventre. Mon père n’avait pas changé ! Il porte une sorte d’uniforme maintenant et a une barbe.

 

Je pouvais sentir des larmes chaudes couler de manière incontrôlable sur mon visage, car je n’osais pas détacher mes yeux de l’image de mes parents.

 

Ils sont vivants ! Ils vont bien ! Ils vont bien.

 

« M-merci doyenne Rinia. Merci vraiment de m’avoir montré ça » réussis-je à bégayer.

 

Elle avait l’air un peu mal à l’aise face à ma sincérité et a simplement fait signe.

 

« Ahem ! Laisse-moi voir où ils sont maintenant. »

 

L’image a fait un zoom arrière et j’ai pu voir l’extérieur de l’endroit où ils vivent. Comme je l’avais soupçonné, ce n’était certainement pas notre maison à Ashber. En faisant encore plus de zoom arrière, je pouvais voir la disposition de la ville dans laquelle ils séjournaient.

 

« On dirait qu’ils ont élu domicile à Xyrus. Cela nous simplifie les choses. » dit-elle, un regard satisfait sur son visage.

 

Tess, visiblement inquiète que je pleure, me tapotait le dos mais son regard ne quittait pas l’eau tourbillonnante.

 

« Les parents d’Art… » Je l’entendis faiblement marmonner.

 

Grand-père Virion frappa dans ses mains et se leva.

 

« D’accord ! Arthur ! Faisons savoir à tes parents que tu es en vie ! »

 

Selon grand-père Virion, une réglementation stricte contrôlait les communications entre le royaume d’Elenoir et Sapin. Cependant, Rinia, étant un devin non découvert par le royaume de Sapin, nous a permis dans un sens une certaine liberté non réglementée.

 

« Ce processus fonctionnera quand que je déverserai une partie de mon mana inné en toi, établissant un lien temporaire. Quand je te donnerai le signal, commence à parler comme si tu parlais à tes parents. Il est important de savoir qu’ils entendront ta voix dans leur tête, donc ils ne pourront sûrement pas croire ce que tu dis au début. Assure-toi de leur faire comprendre que c’est vraiment toi qui leur parles et qu’ils ne deviennent pas fous. Souviens-toi, nous faisons cela juste pour leur faire savoir que tu es toujours en vie. Je vais émettre ta voix directement dans l’esprit de tes deux parents. Je ne peux pas maintenir la connexion longtemps alors dis ce dont tu as besoin dans un délai de deux minutes » affirma-t-elle, un regard sérieux de ses yeux.

 

En hochant la tête, je me préparai moi aussi.

 

« C’est parti ! »

 

Tout son corps a commencé à briller de la même couleur que ses yeux et je pouvais voir la même lueur se répandre sur moi aussi.

 

Prenant une profonde inspiration, j’ai commencé à parler.

 

« Salut maman, salut papa. C’est moi, votre fils Arthur. Vous êtes probablement vraiment surpris d’entendre ma voix dans votre tête, hein ? Eh bien, il y a une raison à cela. Avant tout, je veux que vous sachiez que je suis en vie et en sécurité. Encore une fois, je suis bien vivant, maman, papa. J’ai réussi à survivre à la chute de la falaise et je vis actuellement dans le royaume d’Elenoir avec les elfes. Ne le dites à personne d’autre. Je n’ai pas beaucoup de temps donc je ne dirai que les choses les plus cruciales. Une de mes amies est une déviante comme toi maman, sauf que c’est un devin, donc j’ai pu voir comment vous alliez tout à l’heure. C’est aussi elle qui vous permet d’entendre ma voix. Je veux vous revoir le plus vite possible, mais je ne peux pas pour le moment. Non, je suis en sécurité et en vie en ce moment, mais j’ai une sorte de euh… maladie à l’intérieur de mon corps dont je dois me débarrasser avant de pouvoir rentrer. Ne vous inquiétez pas, tant que je reste ici et que les elfes me traitent, ça ira à 100%. Alors s’il vous plaît, ne vous inquiétez pas. Je ne sais pas quand je pourrai vous parler à nouveau comme ça, mais ce qui est important, c’est que je suis en vie et que je sais que vous l’êtes aussi. Papa, maman, vous devriez tous les deux entendre ma voix maintenant, alors confirmez cela l’un avec l’autre si vous ne pouvez toujours pas y croire. Souvenez-vous, ne dites à personne où je suis en ce moment. Mieux encore, gardez-le comme si j’étais encore mort pour simplifier les choses. Cela peut prendre des mois, voire des années pour que je puisse rentrer, mais je vous assure que JE VAIS RENTRER. Je vous aime *sniff* tellement et vous me manquez. Restez en sécurité, et papa, assure-toi de garder maman et le bébé en sécurité. Maman *renifle*, assure-toi que papa n’ait pas d’ennuis. Votre fils, Art. »

 

J’avais du mal à garder les yeux ouverts à cause des larmes qui coulaient continuellement. Je restai simplement silencieux, me frottant les yeux et faisant tout ce que je pouvais pour ne pas m’effondrer. La lueur s’est évanouie autour de nous deux et doyenne Rinia s’est effondré dans son fauteuil, transpirante et pâle.

 

« Doyenne Rinia, je ne sais pas comment vous remercier pour cela » ai-je réussi à croasser.

 

« Entraîne-toi bien et continue à chérir tes proches, mon enfant. C’est comme ça que tu me remercieras. Aussi ! N’oubliez pas de passer de temps en temps. Cette grand-mère ici devient solitaire kekeke ~ ! » Elle répondit avec un faible sourire.

 

Je l’ai serrée dans mes bras, la faisant presque sursauter, elle a fini par succomber à ma gentillesse et m’a serré dans ses bras en retour avant de tous nous chasser.

 

Pendant que nous sortions, j’ai remarqué que Tess faisait une petite moue, regardant ma poitrine.

 

_____________________________________________

 

Au moment où nous sommes arrivés au château, il faisait déjà nuit. Une femme de chambre nous a accueillis dès notre arrivée, mais avant d’avoir eu la chance de retourner dans ma chambre, j’ai vu le roi et la reine.

 

Le roi est venu vers moi en premier.

 

« Arthur, je sais que tu as entendu ce que nous disions plus tôt dans la journée et je m’en excuse. Ces années à être roi m’ont rendu un peu vieux jeu et j’étais déraisonnablement têtu de vouloir te faire partir d’ici. »

 

La reine a continué pour son mari, tenant mes mains dans les siennes.

 

« Tu es maintenant le premier disciple de l’Ancien Virion. Cela nous donne à tous une raison plus que suffisante pour t’accepter. Même sans cela, tu as quand même sauvé notre fille. Considère cet endroit comme ta maison. Je sais que tes parents te manquent beaucoup donc si je peux être d’une quelque consolation, n’hésite pas et traite-moi comme tu le ferais avec ta propre mère. » dit-elle en me faisant un sourire sincère.

 

« Papa ! Maman ! … » dit Tess avec ses mains couvrant sa bouche. Elle courut alors vers eux et les serra tous les deux dans ses bras.

 

J’ai souri en retour, les remerciant également. C’étaient de bonnes personnes. De bonnes personnes qui veillaient simplement sur leur royaume.

 

Souriant derrière nous, grand-père Virion a fait un signe de la tête à tous en signe d’approbation avant de s’exclamer « Gamin ! L’entraînement commence demain alors dors tôt ! »

 

____________________________________________________________

 

J’ai été réveillé par une immense douleur recouvrant mon corps. La sueur froide avait déjà recouvert mon corps alors que la sensation de brûlure s’intensifiait.

 

« AARGH ! » Je serrais fort mon corps, essayant de supporter quand soudainement, la porte s’ouvrit,  suivi de grand-père Virion courant vers moi.

 

« Ça empire… »

 

Il a placé ses deux mains sur mon sternum, où se trouve mon noyau de mana, avant de commencer à émettre son propre mana en moi.

 

Lentement, la douleur s’est calmée et je suis restée haletant, mes vêtements trempés de sueur.

 

« M-merci » réussis-je à sortir.

 

Sans lever les yeux, il a répondu : « C’est un peu tôt, mais commençons à nous entraîner maintenant. »

 

En regardant par la fenêtre, j’ai remarqué que le soleil ne s’était même pas encore levé. Je n’allais probablement pas pouvoir me rendormir alors j’ai hoché la tête et l’ai suivi dans la cour.

 

Assis en tailleur, il me regarda longuement avant d’expliquer : « Jusqu’à présent, tu as purifié ton noyau de mana et manipulé ton mana en utilisant tes canaux de mana. Alors que, pour les mages normaux, cette méthode est suffisante, pour les dompteurs de bêtes, nous ne pouvons pas nous fier à cette approche. Au lieu de cela, nous faisons quelque chose qui s’appelle l’assimilation. »

 

Je me suis assis face à lui. Mon visage a dû lui dire que je n’avais aucune idée de ce dont il parlait.

 

« Haha ! Ne t’inquiète pas, tu le sauras bien assez tôt. Ce dont il s’agit essentiellement, c’est d’intégrer le mana de ton cœur directement dans les os et les muscles de ton corps, d’où la méthode, l’assimilation. Malheureusement, tout au long de la période d’assimilation, ton noyau de mana ne se développera pas du tout, mais ce n’est pas le but de ceci. Une fois que le mana de ton nouveau noyau sera absorbé dans tout ton corps, tu pourras commencer à utiliser le pouvoir de ta bête. »

 

Voilà donc ce que voulait dire Sylvia ! Ce voyage à travers la forêt d’Elshire, et la rencontre avec la famille royale et grand-père Virion, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que Sylvia avait en quelque sorte planifié tout cela.


« Libère lentement le mana de ton cœur et ne sois pas tenté d’utiliser tes canaux de mana. Au lieu de cela, laisse-le s’infiltrer dans ton corps et laisse lentement tous tes muscles et os l’absorber. Cela demandera du temps et des efforts, mais tout au long de ce processus, ton noyau de mana devrait rejeter ton corps de moins en moins. » enseigna Virion. « Je ne peux pas t’aider pour la première partie de ton entraînement si ce n’est de m’assurer que ton mana soit réparti uniformément dans tout ton corps et de te soulager lorsque tu auras des spasmes comme avant. »

 

J’ai poursuivi l’entraînement en méditant, dispersant le mana hors de mon cœur et dans mon corps. J’avais pris le coup de main au bout de quelques jours, mais j’ai réalisé combien de temps cela allait durer. Diriger mon mana pour former un noyau quand j’étais bébé m’a pris quelques années, mais cela faisait exactement le contraire, avec plus de mana et une étape supplémentaire d’assimilation du mana directement dans les muscles et les os.

 

Je n’ai pas quitté le château pendant ce temps parce que je ne savais pas quand mon corps referait des siennes. J’étais vraiment reconnaissant envers grand-père Virion de m’avoir soutenu tout au long de cette période. Malheureusement pour Tess, cela lui a laissé très peu de temps pour jouer avec moi. Les fois où je ne méditais pas, je me reposais dans ma chambre, mon corps souffrant d’être imprégné de mana. Cependant, cela ne l’a pas empêchée de simplement faire irruption et de bavarder sur sa journée.

 

Après plusieurs semaines d’assimilation, mon corps me jouait des tours moins fréquemment et j’ai pu sortir en ville. Alors après avoir promis à Tess de faire le tour de la ville de Zestier, je me suis endormi.

 

_________________________________________________

 

Une Tess adorablement vêtue attendait devant ma chambre. Elle portait une robe d’été blanche sans manches et un cardigan transparent blanc par-dessus. Le chapeau de soleil rose clair qu’elle portait sur la tête était décoré d’une fleur pâle, lui donnant une apparence très fraîche et ressemblant à une poupée.

 

« Ça t’a pris assez de temps ! Allez, dépêchons-nous ! » Elle attrapa ma main, me traînant à moitié alors que je combattais mon corps douloureux pour suivre son rythme.

 

Revoir la ville n’a pas distillé la stupéfaction que j’avais eue lors de mon arrivée à Zestier. En descendant de la calèche et en commençant à marcher, nous avons pris le temps de visiter les nombreux stands et magasins que la ville avait à offrir. Beaucoup de personnes nous fixaient du regard du fait qu’un enfant humain tienne la main de la seule princesse de son royaume, c’était un sentiment auquel j’étais habitué depuis ma vie précédente, donc cela ne me dérangeait pas. Ce qui me dérangeait, cependant, c’était que, si la plupart de ces regards n’étaient que curiosité, certains regards étaient remplis d’une hostilité flagrante.

 

En sortant du magasin d’armures, je venais de m’écarter pour éviter quelqu’un lorsqu’un enfant elfique me cogna l’épaule.

 

« Hmph ! Eh bien, si ce n’est pas le gosse humain que frère Virion a pris. J’ai entendu parler de toi. Répugnant, j’ai des germes humains sur mes vêtements. » remarqua-t-il sournoisement, un air de dégoût collé sur son visage.

 

Il est assez évident par les vêtements de cet enfant, qui ne pouvait pas être beaucoup plus âgé que Tess, et les préposés, ainsi que le groupe d’amis qui le suivaient, que c’est un noble.

 

Après avoir passé tant de temps avec Tess, j’avais presque oublié à quel point les enfants étaient immatures. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que, qu’ils soient elfes ou humains, les nobles gâtés semblaient toujours agir comme s’ils avaient été enseignés à partir du même manuel.

 

Il se tourna ensuite pour faire face à Tess, son visage se transformant en un sourire bien exercé alors qu’il lui offrait sa main. « Princesse, il est en dessous de votre niveau d’être avec ce gamin humain. Permettez-moi de vous escorter. » Il a exhorté, s’attendant à ce que Tess reçoive sa main.

 

Sans même regarder dans sa direction, Tess attacha son bras au mien et rétorqua froidement : « Art, allons-y. Il y a un insecte dans cette direction et je ne veux pas marcher accidentellement dessus avec mes nouvelles chaussures. »

 

Tandis qu’on s’éloignait, j’ai jeté un coup d’œil en arrière, lançant au noble enfant un regard de pitié, ce qui sembla l’exaspérer encore plus.

 

« Pas si vite ! Je n’en ai pas fini avec toi ! » Il a crié, courant vers moi et agrippé mon épaule.

 

« J’ai entendu dire que tu avais du talent pour un mage humain. Ici, je suis moi-même un génie assez connu. Mon noyau de mana a déjà atteint le stade rouge et mis à part la manipulation de l’eau, ma mère a dit que je serai bientôt même être capable de manipuler les plantes ! »

 

J’ai répondu avec mon expression la plus sincère, mais la plus sarcastique de surprise et de vénération. « Oh ma parole ! Princesse Tessia ! Il semble que nous soyons ici en présence d’un pur génie. Je n’en suis pas digne ! »

 

Tess laissa échapper un petit rire, ne prenant même pas la peine de cacher son amusement.

 

« Je ne manquerai pas de vous donner le respect du Seigneur Génie des Elfes. Donc, si vous voulez bien nous excuser… »

 

Alors que je commençais à éloigner Tess, un mouchoir a volé devant nous, atterrissant sur le sol.

 

En me retournant, je vis le visage du noble morveux, rouge comme une tomate, me fixer alors que les préposés et les amis poussaient tous des halètements silencieux.

 

« Comment oses-tu entamer un duel avec le disciple de l’Ancien Virion. Tu es peut-être de sang noble, Feyrith, mais tu devrais connaître ta place ! Reprends-le. » ordonna Tessia, les yeux plissés dans un éclat.

 

« Je suis désolé, princesse, mais mon père m’a appris à ne jamais laisser ma fierté être piétinée. Arthur, prépare-toi pour un duel ou une retraite avec ta queue entre tes jambes en sachant que tes actions reflètent aussi ton mentor. Le choix t’appartient. » Feyrith gonfla sa poitrine, retirant une baguette de sous sa cape.

 

Certaines personnes à proximité avaient entendu et avaient déjà commencé à se rassembler autour de nous. Tessia avait l’air incertaine à propos de tout cela, mais elle a simplement hoché la tête et s’est éloignée de nous.

 

Je ne voulais pas provoquer de scène puisque j’étais un visiteur, mais après des semaines de méditation étouffante, mon corps avait vraiment hâte d’avoir la chance de se battre.

 

« Princesse, s’il vous plaît, faites l’honneur d’initier le duel. » dit le noble morveux en commençant à astiquer sa baguette noire avec sa manche.

 

Je pouvais voir Tess rouler des yeux alors qu’elle faisait un autre pas en arrière. « Que le duel commence. »

 

Alors que mon noyau de mana était encore aux premiers stades de rouge foncé, je pouvais sentir le mana renforcer chaque fibre des muscles que je contractais tandis que je me précipitais vers Feyrith.

 

C’était fini en une seconde. Il était trop arrogant. Il n’a même pas pris les précautions nécessaires pour savoir si j’étais un augmentateur ou un prestidigitateur et au moment où j’étais à bout de bras, il n’avait même pas commencé son chant.

 

Tandis que ma paume s’enfonçait dans son ventre, tout ce qu’il réussit à laisser s’échapper fut une forte inspiration expulsée de ses poumons avant de retourner tomber sur le sol. J’étais content d’avoir utilisé ma paume car dès que ma main a pris contact, j’ai senti une cotte de mailles solide sous ses vêtements.

 

Les yeux des préposés et des amis de Feyrith s’écarquillèrent alors que Tessia courut rapidement vers moi et m’éloigna.

 

Plus tard, Tessia m’a expliqué que, dans un duel, il y avait certaines coutumes non dites. L’une de ces coutumes était de laisser le challenger faire le premier pas. L’autre était que les duels informels entre nobles n’étaient qu’une démonstration de magie, pas de véritables combats. Cela a fait rire Papi quand il l’a découvert, disant que les duels entre nobles étaient une folie totale et une façon complètement inexacte de mesurer les prouesses magiques de quelqu’un.

 

Dans l’ensemble, ce que Feyrith avait voulu faire en provoquant le duel, c’était simplement de montrer à tour de rôle le talent magique de chacun.

 

C’était décevant de réaliser que le regard de choc de tout le monde autour de nous ne venait pas de mes prouesses au combat, mais du fait que j’ignorais les coutumes du duel.

 

Depuis, j’ai choisi de rester au manoir la plupart du temps pour éviter les ennuis, car j’ai vécu un style de vie rigoureux qui consistait à méditer avec grand-père Virion le matin, à passer un peu de temps avec Tessia l’après-midi et à m’entraîner par moi-même la nuit. Pendant ce temps, j’ai envoyé des messages à mes parents de temps en temps pour leur faire savoir que j’étais toujours en vie et qu’ils me manquaient énormément.

 

C’est comme ça que trois ans se sont écoulés.

 

Voilà la fin du chapitre, merci pour votre lecture ! Sinon, nous cherchons des traducteurs et checker si intéresser ! Veuillez me MP  sur discord : Someone.#5268

Tags: Lis des novels NOVEL : The Beginning After The End 14, novel NOVEL : The Beginning After The End 14, lis NOVEL : The Beginning After The End 14 en ligne, NOVEL : The Beginning After The End 14 chapitre, NOVEL : The Beginning After The End 14 en haute qualité, NOVEL : The Beginning After The End 14 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 14