Sombre ?

NOVEL : The Beginning After The End 15

Tous les chaps sont ici: NOVEL : The Beginning After The End

———————————————

GS NATION

The Beginning After The End

[Traducteur : Célian]

[Checker : Sevan]


The Beginning After The End Chapitre 15 : L’autre côté

 

NDT : “Utilisateur du renforcement” devient “Augmentateur”

 

PDV DE REYNOLD LEYWIN :

 

 

Je ne pouvais pas y croire.

 

Mon fils. Mon fils était parti.

 


« NOOOONNN ! » « NON, NON, NON, NON, NON, NON. »

 


Durden a dû me retenir avant que je saute moi-même de la falaise pour sauver mon fils.

 


Je savais que c’était trop tard. Je savais que ce qui aurait pu arriver était déjà arrivé mais je ne pouvais pas rester immobile, ne rien faire.

 


« Laisse-moi y aller ! Mon fils ! Il pourrait encore être vivant. Laisse-moi sauver mon fils ! S’il te plaît. »

 


Durden ne bougeait pas et Adam est aussi venu pour m’aider à me retenir.

 


« S’il te plait Rey. Tu dois tenir le coup. Il n’y a pas de bonne façon de te dire ça mais il n’a pas été possible pour lui d’avoir survécu à cette chute. » Adam, toujours ludique et laxiste, avait une expression solennelle sur son visage et ne pouvait même pas croiser mes yeux.

 


« Adam a raison. Ressaisis-toi. Ta femme a besoin de toi, Rey » marmonna également Durden.

 


Ils ont raison. Ils ont absolument raison. Cependant, pourquoi mon corps ne m’écoute-t-il pas ? Pourquoi ne puis-je pas réconforter ma femme.

 


« AAAAHHHHHHH !!! » J’ai éclaté en sanglots avant que tout ne devienne noir.

 


En me réveillant, j’ai remarqué qu’Helen tenait une serviette mouillée au-dessus de ma tête.

 


« Tu es enfin réveillée » dit-elle, un sourire sympathique sur son visage qui manquait de confiance.

 


Je l’ignorai et me redressai, enfouissant mon visage entre mes mains.

 


« Ce n’est pas un rêve n’est-ce pas ? S’il te plaît, dis-moi que je vais me réveiller pour voir mon garçon jouer avec Jasmine et Adam. »

 

« … »

 


« Je suis désolée… » furent les seuls mots qu’elle réussit à dire avant de commencer à renifler aussi.

 


Le rabat de la tente s’ouvre alors que Durden se frayait un chemin à l’intérieur.

 


« Reynolds. Je ne peux pas imaginer à quel point cela doit te faire mal, mais pour le moment, ta femme a besoin de toi. Elle se blâme, Rey. Elle pense que tu la détestes d’avoir perdu ton enfant » dit-il, ses yeux rouges évident qu’il avait également du mal.

 


« … » Incapable de trouver un mot en réponse, je me détournai de Durden.

 


Tout à coup, j’ai ressenti une secousse brutale alors que j’étais tirée en arrière. Juste au moment où mes yeux aperçurent la grande main de Durden, ma vision se brouilla et une douleur lancinante  palpita à l’endroit où il m’avait frappé.

 


« Reynolds ! Nous avons dû empêcher Alice de se suicider ! Ce n’est pas le moment de se morfondre ! Bouge ton cul et prends soin de celle qui est réellement vivante ! » grogna-t-il.

 

C’était la première fois que je voyais le Durden habituellement calme aussi furieux.

 


Je réussis à faire un hochement de tête raide, mon cerveau encore palpitant à cause du coup, tout en me dirigeant vers la tente de ma femme.

 


J’ai repéré ma femme recroquevillée sous une couverture avec Angela à ses côtés, la tapotant doucement.

 


J’ai jeté un regard significatif à Angela. Comprenant ce que je voulais, elle hocha simplement la tête avant de s’excuser hors de la tente.

 


« … Alice »

 

« … »

 


« Chérie. Puis-je voir le beau visage de ma femme ? »

 


« … Enfant » Je l’entendis faiblement marmonner.

 


« Qu’est-ce qu’il y a chérie ? » J’ai répondu en lui tapotant le dos.

 

 

« J’ai tué notre enfant ! » Elle se redressa et se tourna pour me faire face.

 


« J’ai tué notre fils, Reynolds. C’était ma faute ! S-si je n’étais pas là, il aurait pu esquiver ça. Il aurait pu vivre. Il s’est sacrifié pour me sauver *renifler * c’était ma faute. »

 


Je tirai ma femme vers moi et la serrai fort, embrassant doucement le haut de sa tête encore et encore.

 


Je gardai les yeux fermés, m’empêchant de pleurer alors qu’elle continuait de sangloter contre ma poitrine.

 


Nous nous sommes juste assis comme ça pendant un moment jusqu’à ce que ses sanglots se transforment en gémissements secs.

 


*Hic*

 


« Tu ne me déteste pas ? » J’étais à peine capable de l’entendre murmurer.

 


« Comment pourrais-je même te détester ? Alice. Je t’aime et ce, pour toujours. »

 


*Hic* *Hic*

 


« … Il me manque tellement, Rey. » Elle a recommencé à sangloter.

 


Je serre la mâchoire, voulant rester fort devant ma femme.

 


« Je sais chérie. Il me manque aussi. »

 


Le reste du voyage fut lent et ardu. Pas physiquement. Non. J’avais l’impression que même les animaux sauvages connaissaient notre tourment émotionnel alors qu’ils s’éloignaient de nous. Notre groupe a avancé dans le calme. Toutes les tentatives d’Adam pour essayer d’alléger l’ambiance se sont heurtées à un silence terrible. Même la joyeuse Angela avait un visage solennel tout au long du voyage.

 


Alice et moi nous sommes endormis la nuit dernière ensemble dans les bras l’un de l’autre. J’ai réussi à la consoler et cela m’a aussi aidé. J’avais besoin d’une excuse. J’étais celui qui avait envoyé Arthur pour protéger Alice. J’essayais de trouver des personnes à blâmer, mais celles qui étaient en fait en faute étaient déjà tuées. La vengeance avait déjà été prise. Maintenant, il ne me restait plus que ce trou noir de vide et de regret. La seule chose qui gardait Alice et moi sains d’esprit était notre enfant à naître. Pour cet enfant, mon enfant, j’ai dû endurer. Je n’allais pas faire la même erreur que j’avais faite avec Arthur. Ce n’était qu’un enfant mais je l’ai envoyé protéger ma femme contre les combattants et même un mage. Je n’avais personne à blâmer à part moi-même.

 


Nous sommes arrivés à la ville flottante de Xyrus par la porte de téléportation sans autre complication, comme si Dieu se moquait de nous en disant que nous en avions eu assez. Les Twin Horns étaient censés se séparer de ma femme et moi à partir d’ici.

 


« Vous êtes sûrs que tout ira bien ? » Adam nous a lancé un rare regard inquiet.

 


Durden a ajouté : « Cela ne nous dérange pas de rester avec vous quelques jours de plus. Je sais que vous êtes à l’origine venu dans cette ville pour Arthur mais … » Il n’a jamais terminé la phrase.

 


« C’est bon. Vous avez votre agenda. Alice et moi avons tous nos produits nécessaires basiques et notre argent pour vivre pendant quelques semaines. Gardez la Guilde informée de vos positions. » Je leur ai fait signe de partir, essayant de forcer un sourire.

 


« On va le faire. Faites attention les gars. Nous nous reverrons bientôt. » Répondit Durden en nous étreignant tous les deux.

 


Les filles ont également fait un câlin chaleureux à Alice après lui avoir dit au revoir. Après leur départ, je me suis tourné vers ma femme, lui lançant un regard sérieux.

 


« Alice, que dis-tu de vivre ici à partir de maintenant ? »

 


Me jetant un regard confus, elle a répondu : « Et notre maison à Ashber ? Nous venons de tout réparer. Beaucoup de nos affaires sont toujours là. »

 


J’ai secoué la tête à cela. « Je pense que ce sera mieux pour nous d’avoir un nouvel environnement. Notre maison à Ashber a trop de souvenirs d’Art. Je ne pense pas que nous pourrons nous en remettre si nous restons là-bas. Nous allons embaucher des marchands pour nous livrer certaines de nos affaires d’Ashber. »

 


Elle baissa les yeux alors qu’elle se décidait avant de me faire un petit signe de tête. « Et un travail ? Comment allons-nous pouvoir vivre ici ? C’est une ville très chère pour y vivre, Rey » a-t-elle ajouté, un air inquiet sur le visage.

 


Pour une fois, j’ai pu retrouver un vrai sourire, un sourire sincère qui me paraissait si rare ces jours-ci. « Je connais un vieil ami qui habite ici. Il m’a demandé de faire partie de sa garde il y a de nombreuses années et nous restons toujours en contact de temps en temps. C’est un marchand assez réputé dans ce domaine et il possède un grand manoir. Je suis sûr qu’il aura un endroit pour nous. Ce sont de bonnes personnes, Alice. »

 


Elle avait l’air un peu douteuse au début mais après être arrivée au manoir et m’avoir vu embrasser mon vieil ami, ses inquiétudes se sont atténuées.

 


« Rey ! Mon ami ! Le héros qui m’a sauvé la vie ! Qu’est-ce qui t’amène dans cette petite ville ? » Un homme maigre à lunettes en costume s’est exclamé en me lâchant en me tapotant les bras.

 


Vincent Helstea, environ 1,7 mètre de hauteur avec un cadre fin pour un corps. C’était un homme intelligent, pas musclé. Vincent était un humain normal mais très réussi. La Maison Helstea était dans le commerce depuis des générations. Alors que leur famille était en déclin depuis quelques générations, Vincent a à lui seul porté les actifs de sa famille à un tout nouveau sommet après avoir construit la première maison de vente aux enchères Helstea à Xyrus et plus tard il a construit plusieurs maisons de ventes dans les villes voisines.

 


Nous nous étions rencontrés lors de l’un de ses voyages dans une ville plus éloignée, pour construire une salle des ventes, lorsqu’il a eu des problèmes avec des bandits. J’étais là avec lui à ce moment-là, remplissant la mission d’escorte que la Guilde m’avait assignée. Après l’avoir sauvé, nous nous sommes plutôt bien entendus.

 

 

La bonne qui a répondu à la porte est partie après avoir vu Vincent me serrer dans ses bras. Peu de temps après, sa femme et sa fille sont également sorties, curieuses de savoir de quoi il s’agissait.

 


« Tabitha ! Voici mon cher ami Reynolds et sa femme Alice ! Alice, Reynolds, voici ma femme Tabitha et cette charmante dame est ma fille, Lilia ! » s’exclama Vincent en prenant sa fille. Elle avait l’air d’avoir à peu près le même âge qu’Art, avec de beaux yeux noisette qui me rappelaient un chaton et de longs cheveux bruns tressés. Mon cœur me faisait mal en pensant à la beauté de la jeune femme lorsqu’elle grandira. Un avenir qu’elle avait encore…

 


Me forçant à m’éloigner de mes pensées sombres, j’ai salué « Tabitha ! C’est formidable d’enfin te rencontrer. Vince m’avait dit tant de bonnes choses à ton sujet lors de notre voyage ensemble à la ville d’Eksire. Quelle fille mignonne vous avez. »

 


Après que ma femme se soit présentée et ait échangé des plaisanteries avec Tabitha, Vincent nous a poussés à entrer dans le salon pour nous mettre à l’aise.

 


« Alors qu’est-ce qui t’amène ici, Rey. La dernière fois que tu m’as envoyé une lettre, tu as dit que tu t’étais installé à Ashber. » Dit-il en me tendant un verre de vin à Alice et à moi.

 


J’ai pris une profonde inspiration et leur ai raconté toute l’histoire, les dents serrées.

 


« Je n’avais aucune idée. Je suis vraiment désolé pour ta perte » réussit à marmonner Vincent. Sa femme avait la bouche couverte de ses mains. « Je ne saurais pas quoi faire si je perdais Lilia. Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi ? »

 


Sur ce, je me suis gratté la joue maladroitement et j’ai demandé : « Vous m’avez demandé à plusieurs reprises d’enseigner une ou deux choses aux gardes de votre hôtel des ventes sur la magie. Cette offre est-elle toujours valable ? Si c’est le cas, vous me feriez une énorme faveur. Je n’ai besoin que d’assez pour louer une petite maison par ici et vivre une vie simple. C’est juste que je ne veux pas que ma femme retourne dans la vieille maison d’Ashber où Arthur est né et a grandi. »

 


Un grand sourire apparut sur le visage de Vincent. « C’est absurde ! Aucun de mes amis ne va dormir dans une petite hutte. En fait, je cherchais quelqu’un ! Nous venons de rénover notre maison des ventes Helstea pour qu’elle puisse accueillir trois fois plus de personnes. Avec cela, nous avons un nouveau lot de recrues augmentateurs qui ont vraiment besoin de travail de surcroît. Tu seras parfait pour les former, Rey. Peux-tu me rendre une grande faveur et travailler pour moi ? » fit-il, arborant un visage désespéré.

 

 

Je ne pouvais pas m’empêcher de rire en réponse. Il venait de me renvoyer mon offre initiale désespérée, me faisant une faveur. Hochant la tête, je lui serrai la main tendue et discutai de l’affaire.

 

 

Même si j’étais impatient de commencer à travailler, Vincent ne le permettait pas, disant que nous avions besoin de temps pour nous situer afin que je sois dans le meilleur état pour travailler. Vincent a également fermement insisté pour que nous vivions avec eux dans le manoir. Il nous a raconté comment Tabitha et Lilia se plaignaient toujours du fait que cet endroit était trop grand et vide. Réticents au début, Alice et moi nous sommes finalement installés dans l’aile gauche du manoir. Vincent était plus que clément, disant que nous pourrions avoir quelques chambres, au cas où nous voudrions plus de bébés à l’avenir. Tabitha a dû éloigner son mari par l’oreille alors qu’il souriait, nous faisant des signes d’au revoir.

 

 

Une autre bénédiction imprévue était la façon dont Alice et Tabitha s’entendaient bien. J’avais peur qu’elle soit seule quand j’aurais commencé à travailler mais Tabitha avait aussi beaucoup de temps libre et prenait juste soin de Lilia donc avoir Alice égayait vraiment sa journée. Grâce à cela, ma femme avait une bonne compagnie et une source de distraction. Une fois le travail commencé, j’étais occupé à former les nouvelles recrues. Ces mages n’étaient pas les plus talentueux, mais ils étaient prêts à travailler dur. Après avoir martelé l’essentiel dans leur tête, j’ai eu l’impression qu’ils formeraient une équipe de gardes assez solide en quelques mois. Bien sûr, tous les mages d’élite, à la fois les enchanteurs et les augmentateurs, allaient à l’école à l’Académie de Xyrus, donc ceux qui ne voulaient pas être aventuriers avaient fini par être embauchés par de riches nobles, comme Vincent, en tant que gardes, ce qui était également beaucoup plus sûr.

 

 

Cela faisait maintenant quelques mois qu’Alice et moi étions arrivés à Xyrus. Pendant ce temps, nous avons pu lentement nous habituer à la vie citadine. Le ventre d’Alice semblait devenir plus gros de jour en jour et, même si elle avait encore des cauchemars récurrents à propos de la perte d’Arthur, le fait d’avoir Tabitha et Lilia l’a vraiment aidée à traverser cela. En rentrant à la maison, j’ai été accueilli par la délicieuse odeur de ragoût de bœuf. Vincent et Tabitha étaient sortis à un rendez-vous pendant qu’Alice promettait de veiller sur Lilia avec les femmes de chambre, nous allions donc dîner tous les deux ce soir, Lilia étant déjà rentrée.

 

 

« Ce ragoût de bœuf a l’air incroyable Alice. Pour quelle occasion spéciale est-ce ? » lui ai-je souri.

 

 

Elle sourit doucement. « Ça fait un moment que je n’ai pas cuisiné pour toi. C’était votre plat préféré à toi et Art. »

 

 

Son visage s’est baissé, mais avant que j’aie eu la chance de la consoler…

 

 

« Salut maman, salut papa. C’est moi, votre fils Arthur… »

 

 

Mon esprit s’est figé. C’était la voix d’Art. Non, j’entendais juste des choses. Je regardai Alice tandis que la voix continuait à parler dans ma tête. Son visage était désemparé alors qu’elle commençait à regarder autour d’elle. Entendait-elle aussi des voix ?

 

 

« … Encore une fois, je suis bien vivant, maman et papa. J’ai réussi à survivre à la chute de la falaise… »

 

 

Que se passe-t-il ? Mon fils est vivant ? Le Royaume d’Elenoir ? Une maladie ?

 

 

« … Cela peut prendre des mois, voire des années pour que je puisse rentrer, mais je vous assure que je vais rentrer. Je vous aime *sniff* tellement et vous me manquez. Restez en sécurité, et papa, assure-toi de garder maman et le bébé en sécurité. Maman * renifle*, assure-toi que papa n’ait pas d’ennuis. Votre fils, Art. »

 

 

J’ai de nouveau regardé ma femme.

 

 

« Tu viens d’entendre la voix maintenant aussi, n’est-ce pas Rey ? » lâcha-t-elle, sa voix tremblante de désespoir. « S’il te plaît, dis-moi que ce n’est pas seulement moi qui ai entendu sa voix. »

 

 

« Ou-ouais. Je viens d’entendre la voix d’Art. » Répondis-je, incapable de donner encore un sens à tout cela.

 

 

« I-Il est vivant ! Chérie ! Notre bébé est vivant ! Oh mon Dieu… » Alice était tombée à genoux alors qu’elle se mit à pleurer. Elle pleurait malgré le fait qu’elle avait un sourire, me montrant que c’était larmes de joie.

 

 

Bon sang, même moi je pleurais en ce moment. Mon fils était vivant ! « Notre fils est vivant !!! » J’ai éclaté de rire.

 

 

Voilà la fin du chapitre, merci pour votre lecture ! Sinon, nous cherchons des traducteurs et checker si intéresser ! Veuillez me MP  sur discord : Someone.#5268

Tags: Lis des novels NOVEL : The Beginning After The End 15, novel NOVEL : The Beginning After The End 15, lis NOVEL : The Beginning After The End 15 en ligne, NOVEL : The Beginning After The End 15 chapitre, NOVEL : The Beginning After The End 15 en haute qualité, NOVEL : The Beginning After The End 15 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 15