Sombre ?

NOVEL : The Beginning After The End 27

Tous les chaps sont ici: NOVEL : The Beginning After The End
A+ A-

GS NATION

The Beginning After The End

[Traducteur : Célian]

[Checker : Sevan]


The Beginning After The End Chapitre 27 : Qui mérite d’être défendue

 

L’épée a glissé sans bruit de son fourreau pour révéler la lame plate.

 

Je n’ai pu m’empêcher de ravaler une bouffée d’air alors que je tombais des nues, fixant l’arme bien trop belle pour être considérée comme une arme ordinaire.

 

La lame étroite était droite et fine comme celle d’une rapière, mais elle avait un double tranchant, ce qui la rendait apte à trancher ainsi qu’à enfoncer. Alors que le tranchant de la lame s’incurvait doucement en une pointe acérée, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer qu’il n’y avait pas de marques – que la lame avait été affûtée. Le poids et l’équilibre de l’épée étaient un peu faibles à mon goût, mais c’était quand même bien mieux que les outils rudimentaires que j’avais ramassés auparavant. Cependant, même ce défaut était éclipsé par la qualité et la couleur époustouflantes de la lame.

 

La teinte sarcelle translucide de la lame semblait presque générer un éclat elle-même, malgré le peu de luminosité de la salle de stockage. Il y avait un contraste frappant avec le fourreau et la poignée noir mat, rendant la couleur de la lame encore plus éclatante. Malgré le fait que la lame était si étroite et fine, quelques tests sur un récipient en fer à proximité ont confirmé sa durabilité et sa force.

 

Je peux dire avec certitude que, même dans mon ancien monde, il n’y avait pas de lame aussi bien forgée que celle-ci. Cette épée était-elle vraiment destinée aux dompteurs de bêtes ou ses critères étaient-ils encore plus particuliers ? Je réfléchissais en regardant Sylvie.

 

En inclinant sa petite tête, Sylvie a laissé échapper un gazouillis joyeux en réponse.

 

En étudiant la lame de plus près, j’ai repéré une petite gravure inscrite sur la lame près de la poignée.

 

Ballade de l’Aube W.K. IV

 

Dès que ces mots ont quitté mes lèvres, une douleur frappante a brusquement jailli de l’endroit où je tenais l’épée, me faisant lâcher l’arme.

 

Il y avait une entaille qui avait déjà été cautérisée sur ma paume. J’ai hésité à reprendre l’épée, mais quand je l’ai fait, j’ai pu voir les faibles restes de mon sang absorbés par le manche de la lame.

 

« Kuu ! Tu vas bien, papa ? » Sylvie a trotté à côté de moi, tapotant ma jambe, inquiète.

 

« Je vais bien, Sylv. » Après avoir gratté le dessous du menton de mon lien, j’ai donné un autre coup d’épée. Cette fois, le point d’équilibre de l’épée s’alignait parfaitement pour correspondre à mon corps sous-développé. Même la poignée de la lame semblait avoir rapetissé pour tenir dans ma main, comme si elle avait été faite pour moi.

 

Il y avait des bâtons et des baguettes d’une valeur extraordinaire qui avaient la capacité de se lier à un seul utilisateur, permettant une meilleure manipulation du mana entre l’arme et le maître, mais je n’avais jamais entendu parler d’une épée faisant quelque chose de ce genre.

 

Ramassant l’épée, j’ai réfléchi à l’homme, dont les initiales étaient « W.K. IV. » Qui était cette personne et comment était-elle capable de forger une telle épée ?

 

Je me suis rendu compte du temps qui s’était écoulé lorsque la faible voix de mon père m’a fait sortir de ma transe infatuée. Rengainant rapidement ma nouvelle épée, je suis retourné à l’endroit où se trouvait mon père, Sylvie faisant du stop sur ma tête. Sur le chemin du retour, j’ai pris soin de récupérer l’épée courte que j’avais choisie comme arme de secours.

 

« Alors ? Tu as vu quelque chose qui t’a plu ? » Vincent, qui avait parlé avec mon père, a demandé.

 

J’ai hoché la tête et lui ai tendu l’épée courte : « J’ai trouvé cette épée et, après quelques coups, j’ai appris à l’apprécier. Est-ce que je peux la prendre ? »

 

Vincent prit l’arme de ma main, tirant l’épée de son fourreau. « Hmmm, ce n’est pas la meilleure qualité d’épée mais elle est solide et ne se cassera pas facilement. Rey, qu’en penses-tu ? »

 

Mon père a accepté l’épée, étudiant sa lame, sa poignée et sa garde avant d’effectuer plusieurs coups et impulsions. « L’équilibre n’est pas le meilleur mais je pense qu’elle sera bonne comme première épée. Mais c’est quoi ce bâton que tu tiens ? »

 

Essayant de ne pas en faire tout un plat, j’ai haussé les épaules. « J’ai trébuché sur ce bâton très solide en revenant ici. Ça te dérange si je le ramène à la maison pour m’entraîner, oncle Vincent ? »

 

« Ah cette vieille chose ! Je me souviens qu’un de mes marchands m’a raconté qu’un vieil homme sénile la lui avait simplement remise, en marmonnant quelque chose à propos de trouver un maître digne de ce nom. Nous avons demandé à quelques-uns de nos inspecteurs de vérifier s’il y avait quelque chose de spécial à son sujet, mais pour autant qu’ils aient pu le découvrir, c’était juste une canne solide et dure. Elle a pris la poussière ici, alors si tu penses qu’elle te fera du bien, vas-y, prends-la. » a répondu Vincent en me serrant légèrement l’épaule.

 

Succès.

 

****Royaume d’Elenoir****

 

POINT DE VUE DE TESSIA ERALITH :

 

« Haaaaaaaaaaa… » J’ai laissé échapper un soupir exagéré, en regardant par la fenêtre de ma chambre. Mes mains s’engourdissaient à force d’y appuyer ma tête depuis si longtemps, mais je ne voulais pas bouger car je ne faisais que m’agacer davantage.

 

Comment ose-t-il ? Stupide Art !

 

J’ai finalement accepté de me lever, et j’ai laissé sortir ma frustration refoulée en frappant le mur.

 

« Aïe ! »

 

Stupide Art ! C’est aussi sa faute !

 

Tenant mon pied douloureux, j’ai essuyé les larmes qui avaient perlé dans mes yeux, ne sachant pas si c’était à cause de la douleur de mon pied ou de ma solitude.

 

Je venais de rentrer de chez Grand-mère Rinia. C’était difficile, mais j’ai finalement réussi à la faire culpabiliser pour qu’elle me laisse espionner – je veux dire, m’assurer que Art allait bien.

 

Je devrais être heureuse qu’il soit avec sa famille et tout… mais je ne lui manque pas ?

 

Il avait l’air trop heureux ! Et qui est cette fille ? Art n’était-il pas un peu trop gentil avec elle ? Cette fille rusée a même demandé à Art de lui apprendre à manipuler le mana !

 

Il ne m’a jamais appris !

 

Cet Arthur… Quand je mettrai la main sur lui, je lui donnerai un morceau de mon… haa… de qui je me moque, je veux juste le voir.

 

Cela faisait quelques mois qu’il était parti, mais après s’être tellement habitué à le voir tous les jours, ces mois m’avaient paru des années.

 

« J’aurais peut-être dû le traiter plus gentiment pendant qu’il était là. » ai-je marmonné à voix haute.

 

Je ne pouvais m’empêcher de grimacer en me rappelant toutes les fois où j’avais abusé physiquement de lui, juste pour avoir une excuse pour le toucher.

 

Mais ce n’était pas ma faute ! C’est sa faute d’avoir été un tel idiot stupide !

 

Maman et Papa étaient assez fiers que Feyrith, le noble morveux qui s’en prenait à Art, et sa sœur aient pu se classer dans les cinq premiers lors de la compétition d’essai qu’ils ont eu avec les humains, mais je m’en moquais. C’était juste un spectacle pour vanter notre force aux humains et aux nains de toute façon.

 

Grand-père avait mentionné que le Tournoi Continental – c’est ainsi que les humains avaient décidé de l’appeler – aurait lieu tous les cinq ans à partir de maintenant. Cela voulait-il dire que je devais attendre cinq ans pour voir Art ? Cinq années entières ?

 

« Uuu…. » Ça craint. La seule chose qui m’empêchait de penser à Art était l’entraînement. Mon but était de devenir plus forte qu’Arthur. Lors de notre prochaine rencontre, je voulais le surprendre en lui montrant à quel point j’avais grandi. Peut-être qu’alors il me verrait sous un autre jour.

 

Stupide Arthur, je me suis répété. Même s’il était plus jeune que moi, il me traitait toujours comme un enfant.

 

Même si je suis l’aîné…

 

J’ai brandi l’orbe rempli d’eau que Mamie Rinia m’avait offert. Elle a réussi à capturer une scène et à l’intégrer dans l’orbe pour qu’il montre constamment une image du visage d’Arthur.

 

« Idiot ! » J’ai maudit la bulle, en poussant la sphère où se trouvait l’image de la joue d’Arthur.

 

Soudain, la porte s’est ouverte. « Jeune fille, j’ai de bonnes… »

 

« Grand-père ! Qu’est-ce que j’ai dit à propos de frapper ? ! » J’ai crié, essayant rapidement de cacher l’orbe derrière moi. Cependant, au sourire narquois qu’il affichait, je savais qu’il l’avait déjà remarqué.

 

« Je vois que tu utilises bien cet orbe. » a-t-il ricané, son expression habituelle et sévère ayant été remplacée par celle d’un renard rusé.

 

« Stupide grand-père ! » J’ai attrapé mon oreiller et je l’ai jeté sur lui avant qu’il puisse voir à quel point mon visage était devenu rouge.

 

« Ne t’en fais pas, ne t’en fais pas ! Je préférerais avoir Arthur comme petit-fils par alliance, de toute façon ! Mais n’est-ce pas un peu trop tôt pour ça maintenant ? » Il a éclaté de rire en continuant de me taquiner.

 

Détournant la tête de grand-père, je faisais de mon mieux pour cacher mon embarras, incapable de laisser échapper autre chose qu’un grognement frustré en réponse à son ridicule.

 

« Ne fais pas la moue maintenant ! J’ai de bonnes nouvelles pour toi, ma petite. » Je tournai légèrement la tête pour montrer que j’écoute.

 

En laissant échapper un autre rire franc, il a parlé. « Maintenant, si je te disais que tu pourrais avoir la chance de fréquenter la même école qu’Arthur… »

 

Mon corps tournait si vite que j’en avais le vertige. « Alors je dirais que tu es le meilleur grand-père qui soit ! » Je l’ai coupé avant même qu’il ait fini de parler.  « Tu ne me mens pas, hein ? » J’ai attrapé la manche de grand-père et l’ai tirée violemment.

 

J’ai entendu un gloussement dans l’embrasure de la porte. « Tu lui as dit, papa ? » Maman et Papa sont entrés dans la pièce, souriants.

 

Je me suis tourné vers eux : « Maman ! Papa ! C’est vrai ? Je peux aller à l’école avec Arthur ? »

 

« Calme-toi, Tess. » m’a gentiment réprimandé ma mère en me tapotant la tête.

 

« Ton grand-père a des liens étroits avec l’actuelle directrice de l’Académie Xyrus. Il est entré en contact avec elle récemment et elle racontait avec enthousiasme à ton grand-père qu’un augmentateur quadra-élémentaire de génie allait fréquenter son école dans trois ans. » a ajouté mon père.

 

« Qui d’autre qu’Arthur est un augmentateur quadra-élémentaire ? Je l’ai su immédiatement, mais bien sûr, je n’ai pas dit que je l’avais formé. C’est un petit secret avec lequel j’ai l’intention de la surprendre plus tard. » a-t-il dit en laissant échapper un sourire mauvais.

 

« Pourquoi attend-il trois ans avant d’aller à l’école ? N’est-il pas plus que prêt à y aller maintenant ? » J’essayais de parler de manière décontractée, mais mon excitation me faisait sourire jusqu’aux oreilles.

 

« Elle a mentionné qu’il voulait être un aventurier. » a dit grand-père.

 

Ma mère m’a doucement serré les mains. « L’important, c’est que cela nous laisse suffisamment de temps. Nous essayons toujours de négocier les conditions d’un essai d’intégration des jeunes générations d’elfes et de nains dans les écoles humaines de l’Académie Xyrus. Le roi de Sapin a convenu que la seule façon de commencer à réparer nos relations était de permettre aux jeunes générations de tisser des liens entre elles. » a-t-elle expliqué.

 

« Tu ferais mieux de t’entraîner dur, petite. Il y a beaucoup d’enjeux. Je suis prêt à parier qu’Arthur a choisi de devenir un aventurier avant d’aller à l’école, afin d’acquérir une véritable expérience du combat. Une fois qu’il aura terminé, il aura l’âge d’un étudiant typique, alors reste sur tes gardes. Il va être populaire, donc si tu ne l’attrapes pas, une autre fille chanceuse le fera. » Grand-père m’a fait un clin d’œil diabolique.

 

« Père, je pense que c’en est assez des taquineries maintenant. Regarde, Tess est sur le point de pleurer ! » Je pouvais à peine distinguer mon père secouer la tête à travers mes yeux larmoyants alors que j’essayais de rester forte.

 

****Royaume de Sapin****

 

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

 

« JOYEUX ANNIVERSAIRE ARTHUR ! » tout le monde a crié à l’unisson.

 

Toute la maison Helstea était somptueusement décorée d’ornements de fête et de fils tissés, alors que les Twin Horns et la famille Helstea, ainsi que la mienne, se réunissaient pour fêter mon neuvième anniversaire.

 

« Merci à tous de me soutenir ! » J’ai fait une profonde révérence et Sylvie m’a imité en hochant sa petite tête.

 

Le dîner s’est avéré incroyable car les chefs se sont donnés à fond ce soir. Ma mère a fait en sorte d’inclure certains de mes plats préférés, dont certains qu’elle a faits elle-même.

 

Un panorama de bruits a rempli les couloirs : les rires des enfants, le tintement des verres à vin et les pas affairés des servantes et des majordomes. La table était agréablement bruyante alors qu’Adam éructait des blagues bruyantes et se moquait de certains membres avec leurs moments embarrassants lors de l’exploration du donjon.

 

« Adam, tu sembles oublier la fois où une taupe à cornes s’est faufilée sous toi pendant que tu pissais dans le donjon. Si je me souviens bien, tu as eu tellement peur que tu as atterri directement sur le dos, en te pissant dessus comme une fontaine. » dit froidement Jasmine en continuant à siroter son thé, sans même prendre la peine de regarder Adam pétrifié.

 

« Pfft ! » La nourriture dans ma bouche a giclé alors que j’essayais de contenir mon rire. Mon père a carrément hurlé de rire, tombant presque en arrière sur sa chaise en pointant du doigt un Adam gelé. Même Vincent avait le visage enfoui dans ses mains en essayant de ne pas rire.

 

« Non ! Toi ! Je pensais que personne n’était réveillé quand c’est arrivé ?! » Le visage d’Adam devint d’une pâleur fantomatique et ses épaules s’affaissèrent en signe de défaite totale. Pendant ce temps, les femmes secouaient la tête avec embarras devant le comportement des hommes.

 

Dans l’ensemble, tout le monde passe un bon moment. Ellie s’est empressée de nous raconter ses aventures dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, essayant de prendre part aux conversations des adultes, tandis que Lilia s’est contentée de rire et d’approuver.

 

Après le dîner, tout le monde a migré vers le salon où le feu venait d’être allumé et où l’espace était rempli d’un parfum de fumée.

 

« Joyeux anniversaire encore, mon fils. Ce cadeau vient de ta mère et moi, et bien sûr, d’Ellie aussi. » Mon père m’a tendu un paquet enveloppé dans un tissu tandis que ma mère retenait Ellie, dont les doigts agités étaient impatients de déballer le cadeau.

 

En l’ouvrant, j’ai vu un gant sans doigts destiné uniquement à ma main gauche. Il était noir et simple, mais trois pierres blanches étaient incrustées sur le dessus du gant.

 

« Ton père a chassé le matériau pour le gant et j’ai imprégné mes sorts de guérison dans ces trois pierres blanches. Chacune des pierres porte un sort à usage unique. Je suis sûre qu’il sera utile d’avoir quelques mesures de sécurité lorsque tu partiras en mission. » Ma mère m’a regardé avec un sourire triste. Je voyais bien qu’elle n’était pas encore prête à m’envoyer en mission.

 

« Merci maman, papa, Ellie, j’adore ça. Ça va vraiment m’être utile. » J’ai fait un gros câlin à chacun des membres de ma famille. En enfilant le gant, j’ai pu constater la solidité du matériau, sans compter que les trois sorts de guérison seraient extrêmement utiles dans une situation tendue.

 

« Ahem ! Le prochain est nous ! » Vincent a sorti une petite boîte. Il s’est mis à genoux et a ouvert la boîte, révélant deux bagues en argent, une simple et une avec une petite pierre précieuse.

 

« … »

 

Uhh…. Où est-ce qu’il allait avec ça ?

 

« Chéri ! Arrête de taquiner le garçon ! » Tabitha a frappé l’épaule de Vincent alors qu’il retenait son rire.

 

« Ok, ok ! Arthur, c’est plus un cadeau pour ta famille que pour toi mais je suis sûr que tu l’apprécieras aussi. »

 

« Cette bague, » Vincent a sorti la bague unie « c’est ce que tu porteras, tandis que cette bague, » il a tendu la bague à pierres précieuses à ma mère « c’est ce que ta mère portera. »

 

Tabitha poursuivit pour lui : « Alice, tant qu’Arthur portera l’anneau, tu pourras dire s’il va bien ou non. L’anneau ordinaire est capable de surveiller la circulation du mana qui circule naturellement dans le corps d’un mage. Si le flux de mana naturel s’arrête, l’anneau que tu tiens, Alice, deviendra rouge et émettra un son aigu. »

 

« Nous avons beaucoup réfléchi à ce dont Arthur pourrait avoir besoin pendant sa vie d’aventurier, mais c’est Lilia qui a évoqué la possibilité d’offrir un cadeau qui l’aidera, lui et sa famille. Malheureusement, les anneaux ne peuvent pas faire beaucoup plus que cela, mais j’ai pensé que cela vous apporterait une certaine tranquillité d’esprit Alice, Rey. » Vincent a haussé les épaules.

 

Ma mère a pleuré en s’accrochant à la bague. « Oh Tabitha, Lilia, merci ! » Elle les a enlacées toutes les deux dans une étreinte serrée. « Merci, Vincent. » Elle a fait une profonde révérence à Vincent pendant qu’il lui serrait la main en disant que ce n’était pas grand-chose.

 

Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire en regardant ma mère.

 

Si cette bague pouvait éviter à ma famille de s’inquiéter constamment pour moi, alors c’était le meilleur cadeau que je pouvais demander. Mais je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter de la présence psychologique que le port de la bague aurait sur ma mère ; elle pourrait finir par la vérifier religieusement.

 

« Eh bien, comment allons-nous battre ça, les gars ? » a ajouté Adam. Mon ange gardien Durden s’est approché de moi, me tendant un rouleau de parchemin.

 

« Vous voyez, nous avons aussi pensé à la même chose que la famille Helstea. Nous ne savions pas quoi donner au petit monstre, alors nous avons décidé de ça ! » Adam a agité son bras de façon dramatique.

 

« Ces deux parchemins sont des parchemins de transmission du son ! Je ne vais pas m’étendre sur leur prix, car ils étaient extrêmement chers ! » Jasmine a frappé Adam sur la tête.

 

« Tousse ! De toute façon ! Avec ceci, vous avez maintenant une source de communication unique. Il suffit d’infuser du mana dans le parchemin, Arthur, et tu pourras envoyer un message à l’autre parchemin. Après que le détenteur de l’autre parchemin l’ait reçu, Maman Leywin, elle peut alors envoyer la réponse ! Après que la réponse soit envoyée et que l’autre personne l’écoute, le parchemin se transforme alors en cendres ! TADA ! De rien ! » Adam s’est incliné de façon spectaculaire.

 

Les membres des Twin Horns se relayaient pour dire du mal de la performance égoïste d’Adam, mais ils ont fait un sourire chaleureux à ma famille.

 

Je pouvais dire que l’humeur de ma mère et de mon père s’était améliorée depuis qu’ils savaient qu’ils n’enverraient pas leur fils dans un endroit inconnu sans savoir comment il allait et ce qu’il allait devenir.

 

J’ai embrassé les Twin Horns et la famille Helstea en les remerciant pour les cadeaux. Lilia est devenue toute rouge, tandis que Tabitha s’est contentée de rire.

 

Honnêtement, j’avais déjà ce dont j’avais besoin, mais la bague et le parchemin seraient une source inestimable de réconfort pour ma famille, ce qui m’inquiétait le plus.

 

Peu après, les ex-membres du groupe de mes parents sont tous partis rejoindre leur auberge. La famille Helstea est retournée à l’étage lorsque Lilia a commencé à s’assoupir, fatiguée par cette longue journée, me laissant seul avec mes parents. Ellie s’est endormie en câlinant Sylvie qui ronflait. J’avais déjà fait mes valises, prêt à partir demain matin et à retrouver Jasmine devant la maison. Ce soir serait la dernière chance d’avoir une vraie discussion avant mon départ.

 

« Demain est le grand jour, mon fils. Es-tu excité ? » Mon père m’a serré les épaules. Les yeux de mon père étaient bordés de rouge et je pouvais voir qu’il retenait quelques larmes.

 

Ma mère avait renoncé à retenir ses émotions et s’est agenouillée pour me serrer dans ses bras, son visage enfoui dans ma poitrine tandis qu’elle reniflait.

 

« Je vais bien, maman, papa. Je promets que j’essaierai de rentrer à la maison dès que j’en aurai l’occasion. Si quelque chose arrive, vous serez en mesure de le savoir. »

 

Après avoir parlé de ma vie et des dangers d’être un aventurier, mes parents m’ont ramené dans ma chambre. Je me suis écroulé dans mon lit et j’ai regardé le plafond, Sylvie dormant à côté de moi. J’avais une famille et maintenant, j’avais des gens qui m’aimaient. J’avais des gens qui se souciaient de moi pour ce que j’étais, et non pour le poste que j’occupais. C’était un sentiment agréable auquel je ne voulais jamais renoncer. Je me battrais pour cela et je ferais en sorte de chérir cette émotion dont j’étais dépourvu dans mon monde précédent. Pour cela, j’avais besoin de m’améliorer. Plus encore que lorsque j’étais roi.

 

Voilà la fin du chapitre, merci pour votre lecture ! Sinon, nous cherchons des traducteurs et checker si intéressé ! Veuillez MP Someone sur discord : Someone.#5268

Tags: Lis des novels NOVEL : The Beginning After The End 27, novel NOVEL : The Beginning After The End 27, lis NOVEL : The Beginning After The End 27 en ligne, NOVEL : The Beginning After The End 27 chapitre, NOVEL : The Beginning After The End 27 en haute qualité, NOVEL : The Beginning After The End 27 light novel, ,

Commentaires

Chapitre 27